Le manoir de LEVEDERN

Écrit par Yvon Gac Jeudi, 30 Juin 2011 20:41

Imprimer

LE MANOIR DE LEVEDERN

ET LES FAMILLES PROPRIETAIRES

 

Un aveu de 1476 présente un manoir propriété de Tanguy PILGUERN  : "savoir est le manoir de Levedern avec ses porte, jardrins, vergier, boys, moulin, issues, relaix, largisses et franchises sittué en la parroisse de Ploesizny". Et, dans un aveu de 1557, il est la propriété de Guillaume PILGUERN, époux de M. Kergrall.

A l'origine, le manoir de LEVEDERN, en Guissény, est associé à celui de KEROURIOU en Plouider.

 

Famille de PILGUEN.


La famille de PILGUEN, présente aux montres de 1427 à 1503, produit six générations à la Réformation de 1670. Armes : « D’or, à trois coquilles de gueules ». Chapelle St Fiacre de Pont-du-Chatel : L'un des piliers de la nef porte l'inscription "P. Pilguen Gubernator Fecit. Facere. de. Nuo(vo)hos Fornices 1564".

. Jean PILGUEN, sieur de KEROURIOU, en Plouider, est marié à Allicette de KERSAUSON, fille de Paul (fils d’Hervé et Alliette de Lanros) et Sibille de Saint-Georges.
. Sibylle PILGUEN épouse vers 1420 à Saint-Vougay Jean BARBIER, seigneur de Lanarnuz en Tréflez (armé pour le recouvrement de la personne du Duc en 1420 et décédé vers 1482).
. Annette PILGUEN mariée à Jacob du BOT en 1485.
. Tanguy PILGUEN, propriétaire du manoir, terres et seigneurie de KERGOURIOU en Plouider et LEVEDERN en Plouziny - 1541.
. Yvon PILGUEN, franc archer de la paroisse de Saint-Vougay, en 1543.
. Guillaume PILGUEN, marié à Françoise PONCELIN – propriétaire en1550.
. Margilie de PILGUEN, héritière de Kerangroas, fille de Guillaume de Pilguen et Françoise Poncelin, épouse le 4 novembre 1536 à Saint-Renan Mahé de POULPIQUET du HALGOUET (décédé en 1591), fils de Guillaume (décédé en 1536), sieur de Keranroux, et Aliénor (ou Azénore Françoise) Touronce (mariés le 25 septembre 1514).
. Hervé PILGUEN, les enfants d’Hervé (1562).
. Claude PILGUEN marié à Louise KERUSOUARN : aveu de 1562 – présent à la montre de Ploudalmézeau et Plourin en 1544.

 

Famille de LOCHAN.

Lochan est une terre et seigneurie de Bretagne qu’Alain de LOCHAN vendit en 1522 au Vicomte du Faou.
. Armes : « D’azur, à trois épis de froment d’or, 2 et 1 ».

. Jean LOCHAN, sieur de KEROURIOU, en 1603.

. Julien de LOCHAN, sieur de KEROURIOU, descendu d’Alain au VIème degré, fut déclaré noble d’extraction, ressort de Lesneven, par arrêt rendu en la chambre de la réformation, le 15 novembre 1668, au rapport de M. de Langle.
Il est écuyer, sieur de LEVEDERN et KERALDANET en 1654.
Il avait prêté une grosse somme d’argent en 1685 à François LE VEYER, époux d’Isabelle LARVOR, fille du seigneur de LA HAYE, demeurant à Lesneven en 1676 et y assurant les fonctions de syndic pendant 8 ans jusque vers 1689. Celui-ci, couvert de dettes et ne pouvant rembourser l’emprunt, Julien de LOCHAN porte l’affaire en justice et obtint la saisie de la terre de NEVENT en Plouzané : vente judicielle le 5 mai 1688 en faveur de Julien VERDUC, docteur en médecine, conseiller, secrétaire du roi et fermier du Domaine à Landerneau.
Julien de LOCHAN, seigneur de Kerouriou, né vers 1630 à Plouider, a épousé le 21 janvier 1661 à Plourin Ploudalmézeau Julienne de KERSAUSON, dame de Penandreff, fille de Tanguy de Kersauson et Jeanne Gabrielle RANNOU. Il est décédé le 8 décembre 1690 au manoir de Kerouriou à Plouider, à l’âge de 60 ans.
Ils ont notamment deux enfants :
. Jean de LOCHAN, sieur de Kérouriou à Plouider, a épousé le 1er septembre 1693 à Plouvien Moricette Louyse de KERDRANNOU, de KERMAZEC, fille de Claude et Louise de KEROURGUY (témoin au mariage : Christophe de Kersauson, sieur de La Marche). La mariée est appelée selon les actes : de Kerannou, de Kervannou, de Guerannou. Six enfants naissent à Plouider au manoir de Kérouriou :
. Anonyme, né le 14 juin 1696.
. Jeanne, née le 15 décembre 1697.
. Anonyme mâle, né le 21 juillet 1699.
. Jeanne Georges, née le 31 juillet 1703 et décédée le 14 août 1703.
. Jean Michel Jacques, né le 12 août 1704 et décédé le 27 août 1704.
. Janne Michèle, née le 25 novembre 1707 et décédée le 28 juin 1803. Elle épouse le 19 septembre 1726 à Lesneven Henry François de COLOMBE, capitaine de vaisseau.

. Janne Françoise de LOCHAN épouse le 5 août 1702 à Plouider Georges MARROCH, de Saint-Malo, fils de Georges et Janne Hobisson.

. Renée Françoise de LOCHAN, de Plouider, épouse le 29 juillet 1683 à Plouider, Gabriel de KERGOULAD, de Ploumoguer, sieur de LA HAYE. Renée Françoise décède à Plouider le 15 août 1683.

Des LOCHAN décédés à Plouider :
. Yves LOCHAN, décédé le 23 avril 1685
. Sébastien Corentin LOCHAN, décédé le 31 octobre 1687
. Jacques LOCHAN, décédé le 1er août 1710, à l’âge de 13 ans.
. Claudine urbaine de LOHAN de KEROURIOU, noble, décédée le 21 mai 1746 à Pen ar Valy, à l’âge de 89 ans.


Il semble qu’après la famille de LOCHAN, les deux manoirs de Kerouriou à Plouider et de Lévédern à Guissény aient connu une histoire séparée. . En 1757, le manoir de Kérouriou est la propriété de Joseph TORREC de BASSEMAISON, négociant à Camaret. Marie Josèphe Torrec de Bassemaison épousa en 1777 Joseph Armand AUBERT de VINCELLES.

. Le 4 mai 1689, Julien de LOCHAN vend le domaine de Lévédern, lemanoir, les terres et le moulin, à Elisabeth GEFFREL (ou CHEFFREL), veuve du défunt Messire Nicolas Ropartz, sieur de Kerdaniel, procureur et notaire au siège de Lesneven, et habitant rue Ségalen à Lesneven.
En 1682-1684, dans le « papier terrier de la barre royale de Lesneven composant les déclarations et dénombrements d’héritages nobles et roturiers produits devant les commissaires de la réformation du Domaine », dans la paroisse de Plouider, Nicolas Ropartz, sieur de Kerdaniel, notaire et procureur au siège de Lesneven, déclare la propriété du lieu noble de Kéréolé.
Dans les « déclarations fournies pour la réformation du domaine du Roi, sous la juridiction de Lesneven » (1680-1685), Nicolas Ropartz, sieur de Kerdaniel, déclare une maison, rue Ségalen à Lesneven.

Elisabeth GEFFREL se remarie le 16 avril 1690 à Lesneven avec Bernard GUILLOU de KERESCAR et le manoir de Lévédern devient la propriété de la famille GUILLOU à la fin du 17ème ou au début du 18ème siècle.

 

Bernard GUILLOU, sieur de KERESCAR et de LEVEDERN.

Sur un bénitier dans l’église de Guissény, se trouvent les armes de Lévédern : « trois coquilles de sable », revendiquées par noble homme Bernard Guillou, Sieur. de Kerescar, propriétaire de la terre de Lévédern.

On trouve des traces de Bernard GUILLOU de KERESCAR dans un certain nombre de documents officiels, vue sa profession de greffier à Landerneau puis à Lesneven :

. Bernard GUILLOU, sieur de Kerescar, ancien greffier de la principauté de Léon à Landerneau : procès du 27 novembre 1688 suite à une requête de Noble Homme Nicolas LE GOARANT, sieur de LESTREZEC.

. Noble homme Jean Marie, sieur DUPRE, conseiller du Roi et receveur des consignations, à Brest, demandeur aux fins de requête contre maître Bernard LE GUILLOU, sieur de Kerescar, greffier de la Cour Royal de Lesneven, acquéreur de la terre de KERDANIEL – 11 juillet 1695.

. Demoiselle Anne de QUENECHQUIVILLY, femme séparée de biens du sieur Alexandre MADEC, demanderesse contre … Bernard GUILLOU, sieur de Kerescar, créancier desdits sieur et dame intervenants – 16 février 1714.

. 1690-1691, AD Loire-Atlantique – Chambre des Comptes : compte de Jean Cherouvrier, sieur des Grassières, receveur des domaines en Bretagne – Dépenses – quittances : de Bernard GUILLOU, sieur de Kerescar, greffier de la sénéchaussée de Lesneven, (ou greffier au siège royal de Lesneven) pour ses appointements : 1691-1692, 1692-1693, 1699, 378 livres pour son traitement.

. Le 6 mars 1699, Bernard GUILLOU intervient lors d’un conflit de juridiction entre Lesneven et Saint-Pol, suite au décès du seigneur de TRONJOLLY et à propos de l’inventaire des biens.

. Le 8 mars 1702, le maire, le sieur Gellart de Menhoignon, soutient que le sieur Bernard GUILLOU, procureur de police à Lesneven, n’a rien à voir dans le logement des gens de guerre.

. Maître Bernard GUILLOU, sieur de Kerescar, greffier en chef civil d’office de la Cour Royale de Lesneven, demandeur en reddition de compte et en continuation d’instance contre maître Goulven Vingt-Deniers, commissaire aux saisies réelles du ressort de Brest, et ledit Vingt-Deniers de sa part demandeur en requête contre ledit Bernard GUILLOU – 27 mai 1695.

. Subdélégations dans l’Intendance de Bretagne : l’étendue de la subdélégation coïncide assez fréquemment avec celle de la juridiction royale ou d’une division administrative. L’office acquis par Bernard GUILLOU de QUERESCAR est indiqué comme levé, tantôt « dans la ville et sénéchaussée de Lesneven », tantôt « dans la ville de Lesneven et étendue de la juridiction royale dudit lieu ».

Bernard GUILLOU de KERESCAR est le fils de Jacques GUILLOU et de Françoise CABON. Il a épousé le 16 avril 1690 à Lesneven Elisabeth CHEFFREL (ou GEFFREL)de REUNGOAT, fille de Hamon Cheffrel de Reungoat et de Elisabeth LE HIR.
Ils ont (notamment) un fils :

Jean Baptiste LE GUILLOU de KERANROY, né vers 1699 et décédé le 20 décembre 1754 à Lesneven. Il a épousé le 15 septembre 1732 à Roscoff Rose Judith PRIGENT de KERMADEN, née le 19 juin 1705 à Roscoff et décédée le 20 février 1758 à Lesneven, fille de Jean PRIGENT de LANURIEN et de Marie Gabrielle LAMBERT du VAL.
Ils ont (notamment) une fille :

Marie Elisabeth LE GUILLOU de KERANROY, née vers 1734 à Lesneven et décédée le 27 février 1776 à Commana. Elle a épousé Michel François JOUAN de KERVENOAËL et a fait entrer la propriété de Lévédern dans la famille Jouan de Kervénoaël.

 

Famille JOUAN de KERVENOAËL.

Le domaine de Lévédern est la propriété de la famille JOUAN de KERVENOAËL à la fin du XVIIIème siècle. La famille JOUAN (ou JOUHAN), d’ancienne noblesse, a comparu aux réformations et montres de l’évêché de Saint-Pol-de-Léon en 1426 et 1538 et a été maintenue dans sa noblesse d’ancienne extraction le 4 mars 1670. C’est une famille d’avocats, hommes de loi à la fin de l’Ancien Régime. Blason : « de gueules au lion d’or, armé et lampassé d’argent, accompagné de 3 annelets de même » ; Devise : « en JOUAN point de souci » ; alias : « Bon renom ».
Filiation :
. Yvon JOUAN, seigneur de Pennanech, vivant en 1426, marié à Marie CALAMAIGU.
. Bernard JOUAN, marié vers 1448 à Benone de KERMORVAN.
. Gabriel JOUAN fut conseiller au présidial de Quimper en 1570.
. René JOUAN, seigneur de Kerberec, maréchal des logis dans la campagne de Keranstrat, épousa le 13 novembre 1687 Marie Anne du VERGIER, dame de KERVENOAEL.

. Hiérosme René JOUAN de KERVENOAËL épouse le 19 juillet 1730 Marie Françoise Guillemette de CHATENAY (ou CHASTENET). Il est né le 29 octobre 1702 à Guiscriff (56) et décédé le 7 décembre 1738 à Châteaulin ; il est avocat à la cour. Elle est née le 11 août 1710 à Saint-Pol-de-Léon, fille d’un commissaire à la marine.

. Michel François JOUAN de KERVENOAËL, fils des précédents, épouse l5 septembre 1758 à Lesneven Marie Elisabeth GUILLOU de KERANROY (contrat de mariage du 16 décembre 1757 signé au consulat de France). Il est né le 2 février 1734 à Châteaulin et décédé le 13 juin 1792 à Locquénolé. Elle est née vers 1734 à Lesneven et décédée le 27 février 1776 à Commana. Ce sont leurs héritiers qui vont vendre la métairie de Lévédern en 1862.
Il ont (notamment) 4 enfants :
 Jacques Gabriel (voir ci-dessous)
 Bernard Marie JOUAN de KERVENOAEL, né à Roscoff en 1763,lieutenant des canonniers garde côtes, sergent dans du Dresnay. Il est blessé au débarquement de Quiberon le 16 juillet 1795 et exécuté le 12 thermidor (30 juillet).
 Mademoiselle Gabrielle JOUAN de KERVENOAËL, célibataire, née le 13 novembre 1759 à Lesneven et décédée le 14 février 1838 à Daoulas.
 Marie Thérèse Claudine JOUAN de KERVENOAËL, née le 30 novembre 1766 à Lesneven et décédée le 30 mai 1846 à Daoulas. Elle a épousé le 17 janvier 1802 à Roscoff François Marie René LE FORESTIER de QUILLIEN, né le 15 mars 1769 à Quimper et décédé le 16 avril 1824 à Daoulas, Chevalier de Saint-Louis, Ecuyer, sieur de KERISIT, capitaine au régiment d’Aunis – infanterie.

. Jacques Gabriel JOUAN de KERVENOAËL, fils des précédents, a épousé le 18 août 1789 à Saint-Pol-de-Léon Marie Josèphe Guillemette HERVE du PENHOAT (ou CHEF du BOIS). Il est né le 27 janvier 1758 à Lesneven et décédé le 2 janvier 1819 à Daoulas. Elle est née le 9 avril 1770 et décédée le 16 avril 1810 à Saint-Pol-de-Léon, fille du sénéchal de Léon, décapité à Brest en 1794 .
Ils ont dix enfants :
. Marie-Anne Michelle JOUAN de KERVENOAËL, née vers 1791 à Plouénan et décédée le 13 août 1854 à Saint-Pol-de-Léon.

. Bernard Marie Louis JOUAN de KERVENOAËL, né le 8 novembre 1795 à Kérannes et décédé le 15 octobre 1837 à Pontivy. Il a épousé Marie Josèphe Hyacinthe de GRAS, née le 3 mai 1801 et décédée le 10 février 1886.
 Ils ont eu un fils Charles François Marie JOUAN de KERVENOAËL

. Marie Elisabeth Yvonne JOUAN de KERVENOAËL, née en 1796 et décédée dame de la Retraite à Lesneven le 22 juillet 1843.

. Joseph Marie Louis JOUAN de KERVENOAËL, né le 25 août 1797 à Locquénolé et décédé le 30 janvier 1869 à Saint-Pol-de-Léon.

. Nicolas Gabriel JOUAN de KERVENOAËL, né le 29 janvier 1799 à Plouzévédé et décédé le 3 mars 1872 à Nantes, résidant (en 1862) au manoir du Loch en la commune de Cast (Finistère). Il a épousé le 21 mai 1833 à Lamballe Rosine de MONTMONNIER, née le 10 novembre 1804 à Paris et décédé le 11 octobre 1895 à Nantes.

. Michel François JOUAN de KERVENOAËL, né le 12 juin 1802 au manoir de Kerham en la commune de Plouzévédé et décédé le 22 juillet 1867 à Saint-Pol-de-Léon. Il a épousé le 24 mai 1842 à Cléder Anastasie Dreuse Marie de PARCEVAUX, née le 25 décembre 1815 à Saint-Urbain et décédée le 23 février 1894 à Saint-Pol-de-Léon, fille de Louis Claude de PARCEVAUX et de Louise de GOESBRIAND.

. Hyacinthe François Marie JOUAN de KERVENOAËL, né le 25 novembre 1803 à Plouzévédé et décédé le 27 avril 1886 à Saint-Pol-de-Léon.

. Marie Thérèse Pascale JOUAN de KERVENOAËL, née vers 1805 à Plouzévédé et décédée le 26 janvier 1821.

. Hélène Marie Angèle JOUAN de KERVENOAËL, née 31 mai 1807 à Plouzévédé et décédée le 2 octobre 1851 à Pontivy (56). Elle a épousé le 17 octobre 1837 à Saint-Pol-de Léon Cyr Adolphe Pierre Marie LAMANDOUR, né le 30 août 1795 à Plounez (22) et décédé le 24 avril 1854 à Saint-Pol-de-Léon, docteur en médecine.
 Ils ont eu deux filles : Marie-Anne LAMANDOUR et Hélène Aimée LAMANDOUR, née vers 1846 et décédée le 11 mars 1888 à Saint-Pol-de-Léon.

. Louise JOUAN de KERVENOAËL, née après 1808 et décédée avant 1820.

 

VENTE DE LA METAIRIE DE LEVEDERN, le 21 avril 1862.

Mademoiselle Gabrielle JOUAN de KERVENOAËL est décédée célibataire le 14 février 1838 à Daoulas. Sa succession est revenues à ses neveux et nièces, enfants de Jacques Gabriel JOUAN de KERVENOAËL qui avaient déjà hérité de leur père, décédé le 2 janvier 1819 à Daoulas.

Lorsque ceux-ci mettent en vente la métairie de Lévédern, deux de leurs sœurs sont également décédées : Marie Elisabeth Yvonne JOUAN de KERVENOAËL, religieuse, dame de la Retraite à Lesneven, décédée le 22 juillet 1843, et Marie-Anne Michelle JOUAN de KERVENOAËL, décédée sans héritier le 13 août 1854.

En 1862, les co-propriétaires sont donc :
. Hyacinthe François Marie JOUAN de KERVENOAËL, demeurant à Saint-Pol-de-Léon
. Joseph Marie Louis JOUAN de KERVENOAËL, demeurant à Saint-Pol-de-Léon
. Michel François JOUAN de KERVENOAËL, demeurant à Saint-Pol-de-Léon
. Marie Josèphe Hyacinthe de GRAS, veuve de Bernard Marie Louis JOUAN de KERVENOAËL, décédé en 1837, et son fils Charles François Marie JOUAN de KERVENOAËL, demeurant à Napoléonville (nom de Pontivy à l’époque).
. Nicolas Gabriel JOUAN de KERVENOAËL, demeurant au manoir du Loch, commune de Cast.
. Marie-Anne et Hélène LAMANDOUR, deux filles de Hélène Marie Angèle JOUAN de KERVENOAËL et de Cyr Adolphe Pierre Marie LAMANDOUR, tous deux décédés.

Les copropriétaires mettaient en vente trois métairies et quelques autres terres en même temps :
1°) dans une métairie dite Lévédern et dans le moulin du Roudous le tout situé en la commune de Guissény et tenu en ferme par Guillaume, Yves et Jeanne Le Menn ;
2°) dans une ferme dite d’Antéren, située en la commune de Plouguerneau et tenue en ferme par Jean Gac ;
3°) dans la métairie de Kermaden, située en la commune de Goulven et tenue en ferme par Yves Appéré ;
4°) dans trois pièces de terre situées au terroir de « Méchou Tréber », en la commune de Plounéour-Trez, tenues par Goulven Castel, demeurant à Pont-ar-Groas en la dite commune de Plounéour ;
5°) dans les garennes de Kersalaün, situées en la commune de Lambézellec et tenues en ferme par Yves Guéguen, demeurant à Kergonan en la dite commune de Lambézellec.

Les acquéreurs de la métairie de Lévédern (« bâtiments d’habitation et d’exploitation, terres tant chaudes que froides, prés, prairies, issues, appartenances et dépendances… ») sont les fermiers qui exploitaient déjà le domaine : Guillaume LE MEN, époux d’Anne KERSCAVEN, et Yves LE MEN, « tous deux propriétaires cultivateurs, demeurant à Lévédern, commune de Guissény ». Ils achètent la propriété pour une somme de 33.100 francs, à raison des 6/11èmes pour Guillaume Le Men et 5/11èmes pour Yves Le Men.